Mangue

Synonymes:  aucun connu
Nom scientifique: Mangifera indica L.
Famille: Anacardiacées (genre sumac)



Pays natal

Plus particulièrement l’Inde et la Birmanie



Composants

Pulpe : carotinoïdes, violaxanthine, glucoside quercitine, polysaccharides. Lipides du noyau : acide myristique, acide palmitique, acide stéarique, acide oléique, acide linoléique, phytostérine, phospholipides, vitamine E.



Description

Ce qui impressionne en premier lieu chez cette plante, c’est sa verdoyance franche et brillante. Les feuilles du Manguier, oblongues et pouvant atteindre 30 cm de long, sont regroupées en bouquets stellaires qui forment une couronne dense et très porteuse d’ombre où brillent des taches couleur saumon, les jeunes feuilles. Le Manguier, dont la croissance peut aller jusqu’à 30 m de hauteur, possède des inflorescences paniculées. Les fleurs jaune rosé qui les composent mesurent quelques millimètres seulement et ont un parfum de Lys. Seulement deux à trois des milliers de fleurs écloses à chaque floraison donneront des fruits. D’une longueur de 25 cm, ils pendent au bout de longues tiges et peuvent peser jusqu’à deux kilogrammes. Sous son écorce verte, jaune ou orange, parfois rouge et pourpre, la Mangue a une forme ovale rappelant celle d’une poire. Près de 1500 espèces poussent dans le monde. Sa pulpe très juteuse abrite un grand noyau plat et lisse, très imbriqué dans les fibres du fruit. Les cousins de la Mangue de la famille des Sumac sont entre autres la Noix de Cajou et la Pistache.



Utilisation

Les façons de déguster la Mangue varient à l’infini : mûre et nature, ou bien encore verte avec du jus de citron et du sel, ou séchée non encore mûre et pulvérisée sous forme d’épice, travaillée pour les chutneys ou en tant que fruit sec… Le noyau contient une graisse crémeuse de couleur jaunâtre, le beurre de Mangue, similaire au beurre de Cacao, pouvant donc être contenu dans le chocolat jusqu’à 5%. Le beurre de Mangue trouve surtout son utilisation dans l’industrie des savons et des cosmétiques. Facilement digérée, la Mangue a un pouvoir calmant sur l’intestin. Riche en fer et en provitamine A, elle aide en cas d’anémie, possède une action préventive contre l’infection et épargne les muqueuses. La consommation d’une mangue par jour couvre le besoin quotidien en provitamine A chez l’adulte.



Bon à savoir

Le nom scientifique « Mangifera » se compose de mango et du latin ferre = apporter, comporter, ce qui donne porteur de mango. Le terme mango émanerait d’une déformation acoustique. Les Portugais le captèrent sur les marchés et dans les ports indiens, où ils entendaient les marchands prononcer « mangai » = mangue non mûre, en tamoul, la langue la plus importante du sud de l’Inde. Le fruit mûr était désigné par mamaran ou mampalam, termes provenant de « amra » désignant la mangue en sanscrit. Le sanscrit, langue littéraire la plus ancienne de l’Inde, était celle des Vedas, textes sacrés qui présentaient l’imposant Manguier, comme un symbole de force et de puissance. C’est pourquoi le suffixe amra était adjoint au nom des dignitaires ou des personnes dignes d’admiration. Les Vedas désignaient la Mangue comme une nourriture destinée aux divinités (4000 ans avant J.C.).D’après un écrit birman, un jardinier aurait offert à Buddha une mangue. Après que ce dernier eut consommé la pulpe, il remit le noyau dans les mains de son cousin et serviteur Ananda en disant: « Plante-le dans un endroit préparé pour le recevoir ». Encore aujourd’hui les Indiens attribuent le fruit juteux à la Richesse et à la douceur divine. Il est possible que la forme courbée du fruit posé à plat ait inspiré le modèle de Paisley (forme en goutte d’eau). La fleur du Manguier est elle aussi en rapport avec les divinités hindoues. L’art de la Poésie confère au parfum de la fleur le pouvoir d’intensifier la douleur de celui ou celle qui pleure son amour au loin. Il y a 4000 ans déjà, les Indiens cultivaient les Manguiers dans l’Etat d’Assam. Cette culture s’est étendue jusqu’en Malaisie. Vers 1400 après J.C., elle atteignit les Philippines grâce aux missionnaires mulsumans et aux pirates. C’est aux Portugais que l’on doit son expansion sur le Globe. Au début du 16ème siècle, elle partit vraisemblablement de Goa vers l’Afrique de l’Est et de là vers l’Afrique de l’Ouest jusqu’au Brésil via différents archipels. Les noyaux d’ensemencement quittèrent Rio de Janeiro pour la Barbade (1742) et la Jamaïque (1782) et atteignèrent la Floride en 1833 par le Mexique. Là, après un premier échec, la Mangue réussit enfin sa culture en 1861. Quatre années plus tard seulement, elle prospérait déjà à Hawaii. Dans le Queensland, en Australie, elle fit son apparition vers 1870. Aujourd’hui, elle compte parmi les fruits exotiques les plus vendus, après la Banane et les Agrumes. Les quantités annuelles mondialement produites se chiffrent à 40 millions de tonnes. 50% proviennent de l’Inde, le restant du Mexique, de la Chine, du Pakistan, de Thaïlande, d’Indonésie, du Nigeria, des Philippines et du Brésil.



La plante dans nos produits

Le beurre de Mangue redonne souplesse et douceur à la peau sèche et hypersollicitée. Il protège du dessèchement et enrichit la formule Dr.Hauschka de Crème Fluide Contour des Yeux, du Masque Restructurant, du Gloss ainsi que celle du Lait pour le Corps à la Ficoïde à Cristaux Dr.Hauschka Med et de la Crème Intensive à la Ficoïde à Cristaux Dr.Hauschka Med.